Ma Gazette de Casa
N° 1 – DAR EL BEIDA, LE 3 OCTOBRE 2005


Parmi vous tous, amis qui recevez le 1er numéro de cette "GAZETTE" qui sera, je l'espère, régulière, certains ne savent pas que j'exerce désormais mon ministère au Maroc… Alors, pour commencer, quelques lignes d'explications.
Depuis janvier 2001, à la demande de l'aumônier des groupes "Vie & Foi" MIAMSI du Maroc, le P. Antoine Riobé, je suis venu chaque année une dizaine de jours ces groupes à Casablanca et Rabat ; ils rassemblent des personnes en responsabilités (cadres dans des entreprises européennes ou marocaines, couples "mixtes" musulman-chrétienne, étudiants et jeunes professionnels du Sud du Sahara). Mission passionnante dans ce pays où la mondialisation est évidente… plus de 80 nationalités dans la seule communauté chrétienne de Casablanca. Du coup, en janvier dernier, l'évêque de Rabat, Mgr Vincent Landel, m'a demandé si j'accepterais de venir quelques années servir l'Église comme prêtre au Maroc (par définition, dans ce pays  où l'islam est religion d'Etat, les prêtres sont tous étrangers) ; après un moment de stupéfaction, j'ai accepté de grand cœur, d'autant que c'est un projet que je portais en moi depuis plus de 20 ans : servir quelques années dans une Église "du Sud" comme prêtre "Fidei Donum" (= cadeau de la Foi). Le pape Pie XII, au moment de la décolonisation, avait demandé à l'Église de France de ne pas abandonner ses anciennes colonies, et les Eglises naissantes, en créant des jumelages entre des diocèses du Nord et des diocèses du Sud ; ces jumelages se concrétiseraient par le "prêt" pour 3 ou 6 ans de prêtres du Nord à ces nouvelles Églises. Il a fallu que mon évêque de Dijon accepte, ce qui fut fait début mai, et me voici donc nommé à l'équipe des prêtres de Casablanca, "prêté" par le diocèse de Dijon au diocèse de Rabat pour 3 ou 6 ans.
Le 4 septembre dernier eut lieu une très belle fête d'envoi à la paroisse du Sacré-Cœur à Dijon. J'avoue avoir été bouleversé de voir que tant de personnes (au moins 600) se sont senties concernées pas cet appel à ce que notre Église devienne toujours plus concrètement catholique, c'est-à-dire universelle, c'est d'autant plus vrai dans le diocèse de Dijon que Luc Lalire, un autre prêtre du diocèse, est parti Fidei Donum en Uruguay début août ; et le Père Pierre Dubois, au Chili depuis plus de 35 ans, nous a fait le beau cadeau de sa présence, le jour où il fêtait ses 50 ans de sacerdoce ! La lettre de Mgr Landel, lue au cours de la célébration d'envoi, et que j'insère au bout de cette Gazette, vous explique bien le sens de cet appel, de ce départ.

Cela fait exactement 3 semaines que j'habite "Dar el Beida"… la "maison blanche" (Casa Blanca), en arabe. Eh oui, il faut que je m'habitue à une nouvelle culture, une nouvelle langue. Depuis mardi dernier, je prends des cours d'arabe dialectal : 4h30 la semaine dernière ! Et dès la première séance, j'étais capable de dire quelques phrases en arabe ! je m'entraîne pour retenir les chiffres à lire les plaques d'immatriculation dans les embouteillages… fréquents ! et je parviens à dire tous les chiffres en arabe, même si je les pense encore en français…

J'habite à l'église Notre-Dame de Lourdes, construite en 1963. Église très haute, avec des murs faits de vitraux béton et dalles de verre (comme à St Jean Bosco à Dijon), mais figuratifs puisqu'ils représentent la vie de Marie. La maison paroissiale est vaste, conçue à l'origine pour une communauté de franciscains : une grande maison, une grande cour avec un petit jardin où les hibiscus sont en fleur, et des palmiers ; 2 petites maisons dont l'une me sera attribuée quand on aura achevé de lui donner un coup de neuf (les travaux ont été commandés le 22/9, et ils commençaient le 26… ça avance bien = électricité, couverture, peinture) ; une grande salle de réunions / théâtre, et beaucoup de locaux pour ranger ou garer nos voitures. Je roule dans la Fiat Uno de mon prédecesseur… Ah oui, j'ai oublié de dire que le P. Antoine – qui est venu à Dijon le jour de mon envoi en mission – est en année sabbatique, actuellement à Jérusalem : il a représenté le diocèse de Rabat à Beit Jala, hier, pour l'ordination du nouvel évêque de Tunis, le P. Maroun, qui était le supérieur du séminaire du diocèse de Jérusalem, et que j'avais eu la chance de rencontrer lors d'une "Visitation" en Terre Sainte en 2002, en pleine Intifada.
Provisoirement, je loge dans la chambre qui m'a accueilli lors de mes séjours depuis 2001. Fatima fait toujours aussi bien la cuisine, "et Elkya s'occupe du linge et du ménage avec beaucoup de soin. Tandis que Christiane - coopérante venue avec Joseph son mari donner quelques année de leur retraite – tient la maison paroissiale, intendance, comptes, entretien, travaux, etc… avec M. Dahiri homme aux compétences universelles, et Mohammed le gardien toujours serviable…

L'équipe pastorale de Casablanca, c'est une équipe de  prêtres :
- Ephrem Djibodé Aplogan, Fidei Donum du Bénin, qui m'a accueilli – magnifiquement – dans son pays en août dernier. Au Maroc depuis 4 ans, il est le coordonnateur de notre équipe et de la pastorale pour la région de Casablanca (on dirait vicaire épiscopal chez nous) ; il est responsable de l'Aumônerie des Etudiants Catholiques Au Maroc (AECAM), une bonne partie de notre communauté chrétienne étant composée d'étudiants et jeunes professionnels du sud du Sahara ; il accompagne les jeunes professionnels dans le cadre du MIAMSI ; il dirige une bibliothèque universitaire (médecine et économie, surtout) à destination des étudiants marocains, la MJE… + + + ! Excellent compagnon à la délicatesse exquise.
- Michel Rondot, arrivé tout enfant ici, et l'un des rares prêtres du diocèse de Rabat. Il a 78 ans, toujours jovial et heureux de nous offrir du saucisson ! Il coordonne le service d'accueil à la paroisse, veille aux liens œcuméniques (protestants, anglicans, orthodoxes), de la Vie Montante et participe au Renouveau. Mais surtout il connaît très bien tout le monde des Pieds-Noirs et leur est très attentif. Ami de Paul Lamarche, prêtre dijonnais, il a eu la joie de l'accueillir à Casablanca en juin dernier.
- Jean Le Fourn est salésien de don Bosco, au Maroc depuis plus de 10 ans. A 75 ans, il aime beaucoup l'Eveil à la Foi des petits, et surtout accompagner les personnes pour qu'elles vivent leur passage au Maroc comme une vraie expérience spirituelle. Il accompagne de nombreuses équipes "Vie & Foi", veille à la formation permanente des catéchistes et des autres. Grand lecteur, il sait nous mettre en éveil sur tous les chantiers importants de la vie sociale et ecclésiale.
Ephrem, Jean, Michel et moi habitons à Notre-Dame, et Cipriano partage nos repas de midi.
- Cipriano Ferrario est italien, prêtre FD du diocèse de Côme, tout proche de 60 ans. Timide et très fraternel (on a bu du bon vin italien pour la st Cyprien, qui est un grand saint d'Afrique du Nord), il loge à l'église du Christ-Roi, à 15 mn à pied. Il s'ccupe bien sûr de la communauté italophone, accompagne la catéchèse du primaire, et aussi les catéchumènes sub-sahariens (des baptêmes sont célébrés presque chaque année). Là où il habite, il y aussi un foyer de personnes âgées, tenu par 3 Dominicaines de Colombie, et il est leur aumônier.
- Manuel Velazquez est un jeune franciscain espagnol, qui vit à l'église St François, avec Frère Antonio. Demain c'est leur fête ! Manuel vielle sur les hispanophones, aussi pour la catéchèse, il est professeur et aumônier au lycée espagnol, anime des groupes de réflexion paroissiale et un groupe du Néocatéchuménat.
- quant à moi, je commencerai mercredi soir ma toute nouvelle mission d'aumônier des collégiens et des lycéens… je vous raconterai la prochaine fois ! Bien sûr, je tâcherai de rendre vivant le réseau "Vie & Foi MIAMSI". Je participe à l'aumônerie du scoutisme avec le pasteur Jean-Luc Blanc : ici, le scoutisme (des scouts marins) est unifié, protestants et catholiques rassemblés, depuis plus de 30 ans… c'est formidable qu'on ne fasse pas seul tout ce qu'on peut faire ensemble ! je l'ai appris oh combien à RCF Parabole avec mes amis de la communauté réformée de Dijon !
Ephrem, Cirpiano et moi tournons dans les différentes églises pour la messe dominicale, en attendant l'arrivée d'Augusto Negri, un autre italien. Je ai déjà célébré à l'Oasis, à Notre-Dame, et aussi dans de nombreuses communautés religieuses (Petites sœurs de Jésus, Franciscaines Missionnaires de Marie, sœurs des Saints Cœurs libanaises – hmmm le petit déjeuner libanais qui suit la messe ! – clarisses mexicaines, Missionnaires de la Charité de Mère Teresa)…
Je joins à cette Gazette, en format .PDF, le "ZOOM" que nous venons de mettre à jour, qui décrit les activités pastorales sur Casablanca et la région ; vous verrez qu'il y a de quoi faire !

 
Voilà, il paraît qu'il ne faut pas trop dépasser 2 pages, sinon on ne lit plus ! Il fait beau et chaud, humide aussi car nous sommes au bord de l'océan. Demain ou après-demain, va commencer le ramadan, ce qui change beaucoup le rythme de vie semble-t-il… et la circulation encore plus hallucinante ! Du 7 au 9, je serai à Meknès avec les prêtres et religieux/ses nouveau arrivés ici, pour échanger nos expériences toutes neuves, découvrir cette belle ville, et approfondir le sens du Ramadan : beau programme !
Depuis 3 semaines, j'ai appris 2 heureuses nouvelles familiales, avec les naissances de Charlotte chez Gwenola et Sylvain, et de Marie chez Alice et Ghislain…mes 14° et 15° petites-nièces ! Grâce à internet, je peux connaître leur joli minois, à défaut de pouvoir les dorloter ! Nouvelle plus ennuyeuse : mon successeur en paroisse, le P. Paul Royet, est cloué au lit avec une mononucléose : bon courage, Paul, pour te soigner sérieusement, puis te remettre à la tâche !
Je ne suis pas encore au bout de quelques problèmes administratifs (obtention d'une carte de séjour, extraction de mes cantines des services douaniers), mais tout va bien… d'autant que tant d'entre vous prennent le temps de m'envoyer des nouvelles : cela fait chaud de sentir que "loin des yeux" n'est pas synonyme de "loin du cœur" ! Vous savez combien ça l'est de ma part, aussi, dans ma prière aussi !
N'hésitez pas à diffuser cette Gazette si vous le souhaitez… Jeudi dernier, j'ai pu parler quelques minutes en direct sur RCF Parabole dans le cadre de la séquence mensuelle des Fidei Donum. Je vais bien, impatient que la rentrée soit plus effective, après le "pique-nique paroissial de rentrée" hier et la kermesse (très réussie) des jeunes subsahariens samedi.
Je vous donne rendez-vous dans un mois, à peu près !
Daniel

Lettre du Père Vincent Landel, évêque de Rabat
Lue au cours de la messe d'envoi en mission, le 4 septembre 2005

Rabat le 31 Août 2005

Chers Frères et Sœurs de l’Eglise qui est à Dijon,
En ce jour où vous êtes rassemblés pour fêter le départ au Maroc du Père Daniel Nourissat, je veux m’unir à votre action de grâce pour tout ce que vous avez vécu avec lui. Mais en même temps je veux remercier le Seigneur pour ce cadeau que vous faites, à l’Eglise qui est au Maroc, en nous envoyant pour quelques années celui qui a été votre pasteur.
Nous le recevrons avec joie dans notre presbytérium, pour être avec l’ensemble des prêtres du diocèse, ce signe de la tendresse de Dieu pour tous les hommes au cœur  de ce monde de l’Islam. Il fera partie de la communauté presbytérale de Casablanca, une ville de plus de 5 millions d’habitants dont une dizaine de mille sont des chrétiens, tous étrangers, venant d’au moins 80 Pays différents. Il aura pour mission, non pas d’être un aumônier des étrangers, mais d’aider tous ces chrétiens, de toute race, de toute culture et de toute langue, à vivre la communion en se centrant sur Jésus Christ et le Maroc. Il les aidera aussi à comprendre la richesse que nous avons à vivre dans toutes ces rencontres quotidiennes vécues avec tous ces hommes et ces femmes musulmans qui, sur leur chemin, sont des croyants et des priants.
En ces jours, où nous allons célébrer la béatification du Père Charles de Foucauld, qui a retrouvé Dieu en voyant prier les musulmans lors de son voyage au Maroc, l’envoi du Père Daniel NOURISSAT au Maroc prend  une dimension plus grande ; par vous, c’est l’Eglise universelle qui veut vivre cette présence tellement indispensable à l’époque que nous vivons, cette présence auprès des hommes de toute culture et de toute religion..
Avec le Père Daniel NOURISSAT, nous essaierons de voir comment les liens entre nos églises pourront se tisser davantage. Nos Eglises ont à s’enrichir de la manière de vivre des autres Eglises.
Encore merci ; accompagnez-nous de vos prières.
                Vincent LANDEL s.c.j., Archevêque de Rabat