Menu

Paul Alfred BAVEREL

 

Paul Baverel est né le 20 avril 1918 en Côte d'Or à Bretenières. Alfred était son prénom officiel mais nous ne connaissions que Paul.

Orphelin de père à l'âge de trois ans, il est confié à une tante à Boujailles dans le Doubs où il vécut jusqu'à 14 ans.
Il revient alors à Dijon pour continuer ses études.
Au cours de la deuxième guerre, fait prisonnier, il réussira à s'évader.
Il exercera différents emplois avant d'entrer à la RTCO puis à la SOPELEM jusqu'à sa retraite. 

En septembre 1946, il épouse Marguerite qu'il avait connue lors de son enfance à Boujailles, qui lui donnera 6 enfants (2 filles et 4 garçons).

En 1950, avec les castors, il construit sa maison dans ce nouveau quartier de la Maladière où il demeurera jusqu'à la fin de ses jours.

Avec une très grande discrétion, Paul consacre beaucoup de temps à la jeune paroisse du Sacré Coeur. S'investissant tant sur le plan matériel que spirituel, il en devient un des éléments moteurs. Participant à l'organisation des kermesses, à l'entretien de l'église, à son rangement, à la gestion des cierges, il sonne aussi les cloches à l'élévation. Sa grande foi a guidé son engagement : prières des hommes à Marie, conférence St Vincent de Paul (pour la distribution de nourriture aux personnes dans le besoin) etc....

En 1992, le père Bourland, en compagnie de l’Évêque Monseigneur Coloni, lui remet la médaille  de la Reconnaissance diocésaine .

Dans le quartier, il est un des membres de la commune libre de la Maladière. A Norges, il aide la communauté d'Emmaüs. Il ne faut pas oublier son engagement à l'Hospitalité de Lourdes, responsable du transport du matériel et des bagages, pendant 25 ans.

 Il est difficile de résumer tous les engagements de Paul Baverel toujours prêt à rendre service et c'est un personnage très impliqué dans la vie sociale qui vient de nous quitter.

Peu à peu, le poids des années s'est fait sentir réduisant son activité, mais  toujours en compagnie de son épouse et entouré des siens. La maladie l'a contraint à une hospitalisation de quelques mois.
Le dimanche 22 juillet, il s'endormait dans la paix du Seigneur après avoir reçu, avec son épouse, quelques semaines auparavant le sacrement des malades.

Le 27 juillet 2018, dans cette église du Sacré Coeur qu'il aimait tant, une foule nombreuse (ce qui n'est pas habituel pour une personne de cet âge en cette période de vacances) est venue lui rendre un dernier hommage.



Si vous avez d'autres renseignements le concernant , n'hésitez pas à me les transmettre. D'avance merci.

 

Retour page précédente        Retour accueil